Conseil général de vendée

Les Archives de la Vendée

Publié le 05/10/2012 à 15:01 - Modifié le 25/10/2012 à 17:03
20 km de rayonnages, cinq millions de pages consultables en ligne, les Vendéens ont rendez-vous avec leur histoire...

La face cachée des archives départementales

Dépoussiérés, restaurés, classés, inventoriés, les documents qui arrivent aux archives départementales de la Vendée connaissent une deuxième vie.    

« Qu'il s'agisse d'archives privées ou d'archives administratives, notre rôle est de les collecter, les conserver, les classer et les communiquer au public », explique Dominique Souchet, président de la commission des affaires culturelles.
Parmi les vingt kilomètres de rayonnage des archives départementales se trouvent des documents de natures très diverse, des archives électroniques aux chartes du XIe siècle en passant par des photos et films d'associations ou de familles.  

Collecter des fonds pour la mémoire de demain  

« Collecter les archives est notre mission première ». Pour les archives des tribunaux, les administrations territoriales et de l'État, mais aussi des communes et hôpitaux, cela se fait automatiquement.  

«Pour ce qui est des archives privées, familles, entreprises et associations, cela est différent : ils apportent par eux-mêmes leurs papiers, photos ou films. La collecte est le fruit de leur générosité. Elle complète la vision souvent très administrative que nous avons de notre histoire» , ajoute Emmanuelle, archiviste. C'est ainsi que parmi les minutes des notaires ou les archives des hôpitaux, sont conservés de nombreux chartriers, dont celui du Puy-du-Fou, des papiers d'érudit comme ceux de Jean Yole, Louis Chaigne ou encore Jacques de Maupeou.   

   

Conserver dans les meilleures conditions  

Pour pouvoir être conservées dans les meilleures conditions, les archives sont nettoyées ou restaurées, suivant leur état.   

« L'objectif est de stopper les dégradations. Nous renforçons les points faibles afin que leur état n'empire pas, précise Viviane, de l'atelier de restauration. Mais jamais nous ne nous rajoutons le moindre élément. Ils doivent être consultables tels qu'ils nous ont été donnés. Ce sont souvent les documents les plus récents qui posent les plus grands problèmes de conservation. Les papiers fabriqués aujourd'hui sont plus fragiles que les parchemins médiévaux. On s'interroge aussi sur la pérennité des supports électroniques.»   

Les documents sont ensuite classés et conservés. « Pour la conservation, nous avons un ennemi principal : la moisissure. Contre elle, nous avons deux armes : maintenir une température constante, autour de 18°C et un taux d'humidité, autour de 55%.»   

Classées et répertoriées  

Une fois classées, répertoriées et numérisées pour certaines, les archives sont consultables en salle de lecture ou sur le site Internet. La numérisation des archives est une façon de protéger les plus demandées. Celles qui sont menacées par un trop grand nombre de manipulations.   

« Nous disposons de deux salles de lecture, complémentaires. La salle virtuelle touche un nouveau public. Le site Internet accélère son travail. Les immenses ressources de la salle de lecture traditionnelle lui permettent d'approfondir son travail et de découvrir les pièces originales qui l'intéressent », conclut Dominique Souchet.  

Renseignements : Tél. 02 51 37 71 33 - archives.vendee.fr 

Horaires d'ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 17h30 et le samedi de 9h à 12h sur réservation la veille.