Conseil départemental de la Vendée

Richard Cœur de Lion entre mythe et réalité(s)

Publié le 26/10/2016 à 21:24
Modifié le 21/09/2017 à 19:00

Roi d’Angleterre très français, roi-chevalier invincible… Qui est vraiment Richard Cœur de Lion? Quel est son lien avec la Vendée ? Le Département vous propose de lever le voile sur cette figure marquante de l’époque médiévale. L’exposition « Richard Cœur de Lion, entre mythe et réalité(s) » a été inaugurée ce mercredi 26 octobre, en présence d’Yves Auvinet, le président du Conseil départemental. Elle est visible jusqu’au 29 janvier 2017, à l’Historial de la Vendée, aux Lucs-sur-Boulogne. 

Laissez vous conduire à travers les six espaces de l’exposition. Richard Cœur de Lion est le fils d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre­, duc de Normandie et comte d’Anjou, et d’Aliénor d’Aquitaine, duchesse d’Aquitaine­ et comtesse de Poitou. Le contexte familial et politique posé, le visiteur est invité à partager la vie de cour au XIIe siècle, puis les attributs du pouvoir dans un troisième espace. Dans la quatrième salle, le visiteur touche le cœur de Richard Ier, le roi guerrier, qui construit sa légende de son vivant. Le mythe, Richard Cœur de Lion, s’invite dans le cinquième espace avec romans, opéras, films autour du roi. Même le récit de la mort de Richard Cœur de Lion est entouré de légende. C’est le thème de la dernière salle. 

250 œuvres et plus de 50 prêteurs 

Des manuscrits enluminés des XIVe et XVe siècles, de précieuses pièces textiles, des chartes du XIIe, des armes, des cottes de mailles… La liste des quelque 250 œuvres présentées est longue et non exhaustive. Vous pourrez également admirer des pièces de jeu mises à jour cet été au château de Talmont-Saint-Hilaire­. Lors de ces fouilles, un curieux objet a été découvert. Serait-ce un cure-dent ou un cure-ongle ? Au total, plus de 50 prêteurs français et étrangers ont contribué à la richesse de cette exposition. 

Richard Cœur de Lion et la Vendée 

À 12 ans, Richard reçoit, de son père Henri II, le comté de Poitou et le duché d’Aquitaine. À 24 ans, il prend le château de Talmont-Saint-Hilaire. Il aime y venir, notamment pour la chasse. À quelques kilomètres du château, sur le site de Port-Juré (lieu-dit La Mine), le roi fait construire une grande salle, où il signe des actes et réunit ses proches. Avant de partir en croisade, il soutiendra plusieurs établissements religieux du secteur. Au cours de son règne, en effet, Richard Cœur de Lion confirme certaines fondations ou donations comme, en 1181, Saint-Jean-d’Orbestier au Château d’Olonne. Il instaure également, en 1190, l’abbaye des Prémontrés de Lieu-Dieu à la Génétouze­ puis le prieuré de Saint-André de Gourfailles, entre Fontenay-le-Comte et Sérigné. 

Renseignements : 02 28 85 77 77 

Tarifs : 8 € / 5 € / gratuit -18 ans 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours