Conseil départemental de la Vendée

Maison Départementale de l'Emploi : faire face aux besoins de recrutement des entreprises

Publié le 05/10/2012 à 14:56
Modifié le 13/10/2012 à 16:09
L’heure du premier bilan a sonné à la Maison Départementale de l’Emploi et du Développement Economique : les premières actions engagées avec les entreprises vendéennes sont de très bon augure.

La MDEDE aide les plus éloignés de l’emploi

Ils sont plusieurs à avoir déjà franchi les portes de leur nouvelle entreprise. Grâce à la MDEDE, plusieurs salariés ont eu la chance de remettre le pied à l'étrier. Josiane, Aline et Jérôme ont accepté de revenir sur leur parcours de ces derniers mois.     

• Josiane, 47 ans, travaille chez Rabaud à Sainte-Cécile depuis quelques semaines. Après avoir été licenciée, elle cherchait du travail dans la production.   

« Je n'avais pas d'expérience dans la métallurgie, mais quand la Maison Départementale de l'Emploi m'a contactée au mois de juin, j'ai surtout été surprise d'apprendre qu'une entreprise aussi proche de mon domicile recrutait !», raconte-t-elle. Josiane habite à Chantonnay et elle était loin d'imaginer qu'elle trouverait un emploi à dix minutes de chez elle.   

Josiane est l'une des premières femmes à avoir été intégrée chez Rabaud ; elle a été formée au sein de l'entreprise pour apprendre à découper des planches en métal au laser.     

   

• Aline a vingt-trois ans. Cette jeune femme était à la recherche d'un emploi dans la métallurgie. Elle aussi fait partie des premières femmes que l'entreprise Rabaud a recrutées grâce aux démarches effectuées en lien avec la Maison Départementale de l'Emploi.   

Elle était en contact avec l'ANPE Actisud qui est un des partenaires de la MDEDE. Il y a quelques mois, elle a participé à la réunion d'information présentant les besoins de l'entreprise Rabaud et elle a pu poser sa candidature.  

Son recrutement via la MDEDE a permis à son employeur de prendre connaissance des aides qui existent pour les jeunes de moins de vingt-cinq ans.     

    

• Jérôme a intégré l'entreprise USVAL à Mareuil-sur-Lay le 1er août dernier. Âgé de 34 ans, ce père de trois enfants cherchait du travail depuis un an. Après de multiples petits contrats, il voit une nouvelle annonce susceptible de lui convenir à l'espace emploi de Luçon.   

« Je me suis mis encore une fois à la tâche : lettre de motivation, CV… Comme d'habitude quoi ! D'annonce en annonce, j'avoue que c'était de moins en moins facile d'y croire ». Cette fois, il effectue les démarches avec une des chargés de mission de la Maison Départementale de l'Emploi. Jérôme, qui a une prothèse oculaire est un travailleur handicapé. Il sait que l'insertion est plus dure pour lui mais il se dit qu'ayant la volonté, il finira par trouver un travail.   

« À la Maison Départementale de l'Emploi, on m'a dit que ce n'est pas parce que j'étais handicapé que je ne pouvais pas retrouver un travail. J'ai les mêmes attentes qu'un autre employé et je dois faire mes preuves comme lui mais d'un autre côté, ils m'ont aussi précisé que je n'avais pas forcément besoin d'être qualifié pour obtenir le poste ». C'est ce qui s'est passé.