Conseil départemental de la Vendée

Maison Départementale de l'Emploi : faire face aux besoins de recrutement des entreprises

Publié le 05/10/2012 à 14:56
Modifié le 13/10/2012 à 16:09
L’heure du premier bilan a sonné à la Maison Départementale de l’Emploi et du Développement Economique : les premières actions engagées avec les entreprises vendéennes sont de très bon augure.

Les premières actions portent déjà leurs fruits

Depuis son ouverture, le 2 avril dernier, la MDEDE a gardé en ligne de mire son objectif de départ : mettre en relation les entreprises et les demandeurs d'emplois pour faciliter leur retour à l'emploi. Le partenariat mis en place par le porteur du projet, le Conseil Général, les nombreuses Communautés de communes, Vendée Expansion, l'ANPE, l'ASSEDIC et l'État s'avère productif. Rapidement, des rencontres ont lieu, des échanges se nouent et les premiers salariés ne tardent pas à franchir la porte de leur nouvelle entreprise.  

 Créer une adéquation entre l'offre et la demande en ayant un rôle de conseil auprès des entreprises, tel est la mission principale de la MDEDE. Pour y parvenir, deux clés s'avèrent rapidement indispensables : le partenariat et la présence de professionnels sur le terrain.   

« Le travail avec les partenaires comme les missions locales, l'ANPE ainsi que tous les autres organismes qui sont amenés à recevoir le public localement nous ont permis d'agir très vite ces derniers mois. Nous sommes aussi en lien étroit avec Vendée Expansion, qui nous aide à détecter les besoins des entreprises, explique Corinne Courtiol, directrice de la MDEDE. Un de nos autres atouts est la présence sur le terrain des chargés de mission.»  

Réactivité et proximité  

Le premier diagnostic établi par la MDEDE avant l'été a permis de détecter douze entreprises vendéennes qui ont 147 postes à pourvoir dont quatre-vingt-cinq dans la métallurgie. Plus de la moitié de ces postes ne nécessitent pas de formation de base. Les entreprises acceptent de former leurs employés. Trois postes seulement sur les 147 postes ont un taux horaire payé au SMIC. Pour chacun des postes, l'entreprise recrute sous CDI ou CDD de six mois suivi d'un CDI.   

En quelques semaines, les démarches ont d'ores et déjà permis à deux entreprises de recruter pour l'une, neuf personnes dont six femmes, trois bénéficiaires du RMI, un jeune de moins de vingt-cinq ans et un senior. L'autre entreprise a, quant à elle, embauché cinq personnes dont un travailleur handicapé, deux jeunes de moins de vingt-cinq ans et un bénéficiaire du RMI.