Conseil départemental de la Vendée

Les sénateurs s'intéressent aux entreprises vendéennes

Publié le 19/01/2015 à 14:26
Modifié le 25/08/2017 à 13:17

Le 19 janvier, la délégation sénatoriale aux entreprises est venue en Vendée pour rencontrer des chefs d'entreprise. L'occasion de riches échanges. 

Composée de 42 sénateurs, cette délégation a été créée il y a quelques mois pour informer le Sénat sur la situation et les perspectives de développement des entreprises. Elle a également pour objectif de recenser les obstacles à leur développement et de proposer des mesures visant à favoriser l'esprit d'entreprise et à simplifier les normes. 

"La Vendée a été choisie pour le premier déplacement de la délégation car c'est est une terre d'entrepreneurs, a expliqué Bruno Retailleau, président du Conseil général. Nos entreprises sont souvent des PME familiales. Ce capitalisme familial a d'ailleurs favorisé l'ancrage territorial de nos PME, ce qui n'a pas empêché nombre d'entre elles de se hisser au rang de leaders. En Vendée, le secteur industriel y est aussi plus important qu'ailleurs puisque près de 30 % des salariés vendéens y travaillent".  

Des échanges fructueux 

Au terme de leurs échanges, élus et chefs d'entreprise se sont félicités de leur rencontre. 

"Nous avons eu des échanges très intéressants avec les chefs d'entreprise, a expliqué Elisabeth Lamure, présidente de la délégation. Beaucoup nous ont expliqué qu'ils souhaitaient moins de complexité" 

"Grâce à cette rencontre, j'ai pu témoigner de ce que l'on vivait au quotidien dans les entreprises, a ainsi souligné Patricia Brochard, co-présidente de Sodebo. Dans un monde qui bouge de plus en plus vite, j'ai l'impression qu'en France, on met parfois des boulets aux pieds des entrepreneurs,  Dans notre pays, il y a de l'intelligence collective, nous avons tout pour réussir mais il faut absolument alléger les contraintes administratives. Elles nous empêchent de créer et de nous développer

Libérer les entreprises 

"L'environnement des entreprises est très complexe, a ajouté Paul-Henri Dubreuil, président du Directoire du groupe Dubreuil. Il est urgent de libérer nos entreprises de la complexité". 

"Il est important de débroussailler dans le domaine législatif, a précisé Eric Leys, président de la CGPME Vendée. Notre code du travail est beaucoup trop lourd".