Conseil départemental de la Vendée

Bonne pêche pour les criées vendéennes en 2015

Publié le 16/02/2016 à 15:01
Modifié le 10/12/2016 à 01:50

La bonne valorisation marchande du poisson permet aux quatre halles à marée vendéennes de dresser un bilan 2 015 positif. La criée des Sables d’Olonne reste la locomotive du Port Vendée. 

« 2 015 est globalement une bonne année » confirme Joseph Moreau, président de la CCI, concessionnaire des principaux ports du département. Le tonnage est quasiment stable à plus de 14 428 tonnes et la valeur marchande progresse de 7 % pour atteindre 67,6 millions d’euros. "Le prix moyen du poisson est également un indicateur essentiel pour les pêcheurs" souligne José Jouneau, le président du comité des pêches des Pays de la Loire. Ce prix atteint 4,69 € le kilo en 2015, soit près de 33 centimes de plus par rapport au prix moyen de 2014 . La criée des Sables d’Olonne campe largement en tête. Elle représente à elle seule 58 % du tonnage et 62 % de la valeur. Au niveau national, la criée sablaise se classe même à la quatrième position, en valeur débarquée. Saint-Gilles-Croix-de-Vie et L’Herbaudière tirent leur épingle du jeu grâce à des poissons nobles comme la sole et le bar qui rapportent gros. 

Palmarès des espèces. 

En masse, le merlu et la sardine sont les deux espèces phares de la pêche vendéenne. Chaque espèce pèse autour de 2200 tonnes. Le merlu a particulièrement bien frétillé. Sa capture a progressé en masse de 20 % et en valeur de 25 % par rapport à 2014. La sole est le troisième poisson le plus pêché en Vendée avec 1 316 tonnes. Arrivent ensuite la seiche (882T) et le bar (764T). 

En valeur marchande, la sole a rapporté plus de 15 millions d’euros et le bar, plus de 10 millions. Le merlu, première espèce débarquée, se valorise à 6,5 millions d’euros, et la sardine, la deuxième espèce, à 1,2 million. Comme quoi, ce n’est pas la quantité qui compte! 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées