Conseil départemental de la Vendée

L'économie vendéenne

Publié le 05/10/2012 à 14:49
Modifié le 13/10/2012 à 12:25
Agricole et industrielle, maritime et terrienne, la Vendée ne cesse de cultiver le goût d’entreprendre. Forte de cette dynamique, la Vendée construit son avenir.

La pêche

Répartie principalement entre les ports des Sables d'Olonne, Saint-Gilles Croix de Vie ; l'Herbaudière à Noirmoutier et Port-Joinville à l'Ile d'Yeu, la flotte de pêche vendéenne compte 425 bateaux, dont 135 chalutiers.     

   

Orientée vers les espèces à forte valeur ajoutée - sole, bar, piballe, anchois, merlu, langoustines, thon- elle représente 23 000 tonnes. Dans les ports, quatre criées totalement informatisées, conformes aux normes d'hygiène les plus sévères, assurent la mise en marché de la pêche vendéenne.    

Localisées sur Noirmoutier et la baie de Bourgneuf pour l'huître, dans les petits ports du Payré et de la baie de l'Aiguillon pour la mytiliculture, les cultures maritimes rassemblent 800 concessionnaires de parcs en mer et 380 expéditeurs pour une production annuelle de 25 000 tonnes. A cette activité s'ajoutent également celles des fermes aquacoles qui se consacrent à la production de turbot et de daurade royale.    

   

Au bord de l'abandon dans les années 1980, la production de sel dans les marais de noirmoutier vit une formidable renaissance depuis 1992 avec la création de la coopérative Aquasel. Rénovant peu à peu les 1 800 hectares de marais salants de l'île, elle produit un sel exceptionnellement pur, très riche en oligo-éléments. Aquasel exporte aujourd'hui vers le Canada et l'Europe du Nord. Sa production est également utilisée pour la fabrication de beurre demi-sel et le salage des jambons de Vendée.    

Après les années de crise économique, la construction nautique renoue avec une très forte croissance. Représentant plus des deux tiers de la filière française, elle réunit 83 entreprises - construction, entretien, accastillage -et 3 000 salariés pour un chiffre d'affaire de 381 millions d'euros (soit environ 2,5 milliards de francs).    

    

Les leaders : Bénétau-Jeanneau, premier groupe mondial, dont les 4 site de production des Herbiers, Belleville-sur-Vie, Saint-Hilaire de Riez et Beauvoir-sur-Mer assurent la construction annuelle de 8 000 voiliers et bateaux à moteur, mais aussi Alliaura Marine (ex Jeantot Marine), aux Sables d'Olonne. L'entreprise est aujourd'hui l'un des tout premiers constructeurs mondiaux de catamarans de plaisance. Le chantier Alubat, pour sa part, occupe une place de premier plan dans la construction de voiliers en aluminium. 

Les pages de ce dossier