Conseil départemental de la Vendée

Confinement : unis comme au front

Publié le 22/04/2020 à 11:19

Ils ont connu la guerre et savent pour certains ce que c’est que le confinement. Les anciens combattants de Vendée s’investissent durant cette crise sanitaire pour venir en aide aux autres et notamment les soignants. L’Union nationale des combattants de Vendée (UNC) a ainsi mobilisé ses troupes pour soutenir le Centre hospitalier de Vendée. « Il y a 197 sections et 12 500 adhérents, rappelle Michel Leboeuf, le président de l’UNC Vendée. Nous sommes tous confinés mais nous travaillons avec internet ou par téléphone pour aider les soignants car nous avons commandé des surblouses à des entreprises vendéennes et la semaine prochaine nous allons pouvoir livrer ce matériel au centre hospitalier de la Vendée » 

Aux côtés des personnes isolées 

Autre initiative, la campagne des Bleuets de France qui permet de collecter des dons pour les personnes isolées, veuves, orphelins… En Vendée, cela représente 13 000 euros qui en raison du confinement, puis des restrictions de déplacements, ne pourront pas être collectés sur la voie publique. « J’ai lancé un appel à toutes les sections pour participer à cette collecte, chaque adhérent pourra faire un don comme il peut mais on continuera d’aider les personnes isolées à hauteur de nos moyens. », poursuit Michel Leboeuf. 

L’isolement, c’est ce qui touche le plus les personnes âgées et les anciens combattants. Le réseau des anciens combattants est dense et actif en Vendée. « Nous les contactons régulièrement pour faire remonter les informations et pour les informer des actions, du respect des gestes barrières…, explique Alain Gossuin, président de la section d’Angles. S’il y a besoin de plus comme faire des courses ou rendre un service, il y a une équipe de bénévoles qui intervient sur notre commune. » À Bazoges-en-Pareds, Denis Giacomazzi, président de la section locale, est aux petits soins pour les anciens combattants. Il contacte une à deux fois par semaine chacun de ses 82 adhérents. « Ils sont plutôt philosophes et pragmatiques, ils se montrent patients et ne se plaignent pas, c’est plus difficile pour ceux qui sont en Marpa ou en Ehpad, ils auront davantage besoin de nous à la sortie du dé-confinement », explique-t-il. 

Pas de 8 mai, objectif 11 novembre ! 

La grande famille des anciens combattants se retrouve virtuellement durant cette période de crise. « La solidarité n’est pas un vain mot, souligne Michel Leboeuf. Nous savons nous rassembler et nous sommes unis comme au front, c’est notre devise et de ce côté, la Vendée est exemplaire. » Le confinement a une autre conséquence sur le devoir de mémoire : il n’y aura pas de cérémonie du 8 mai cette année. Les anciens combattants ne pourront pas commémorer les 75 ans de l’Armistice de la 2nde Guerre Mondiale. « Même s’il y a une cérémonie par département, nous ne ferons pas prendre de risque à nos anciens, annonce Denis Giocomazzi. Mais nous leur donnons des objectifs à préparer à moyen terme comme se retrouver tous ensemble lors des cérémonies du 11 novembre car on aura besoin d’eux pour porter les drapeaux ! » 

UNC Vendée - Contacts : 02 51 08 97 97 / unc85@wanadoo.fr 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité.

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité n'a été publiées depuis 15 jours.