Conseil départemental de la Vendée

Les commerces alimentaires vendéens adaptent leur quotidien

Publié le 02/05/2020 à 12:00
Modifié le 02/05/2020 à 12:04

Face à la crise, la plupart des commerces alimentaires vendéens ont modifié leurs horaires d’ouverture pour ne pas mobiliser leurs équipes sur toute une journée. Des boulangeries ont ainsi opté pour une ouverture le matin. « Les personnes qui se déplacent sont celles qui travaillent ; elles viennent principalement le matin. Nous avons constaté moins de fréquentation les après-midi car les gens restent confinés, ce qui est une bonne chose », confie madame Planchot, à la tête des boulangeries et chocolateries Maison Planchot. Au commerce de produits de la mer Les Viviers de Vendée à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les horaires sont aussi réduits : « Au lieu de faire 55 h par semaine nous en faisons 28 h », indique le responsable Freddy Rabaud. 

Que les clients se rassurent, il n’y a aucune rupture de marchandise. L’épicerie Le Village à Palluau en témoigne : « Nous sommes livrés trois fois par semaine en fruits et légumes et toutes les semaines pour le frais, l'épicerie et la boucherie ». Même son de cloche aux Viviers de Vendée : « Les criées ne sont pas fermées, c’est juste que les bateaux passent moins souvent, explique Freddy Rabaud. Même s’il y a un peu moins de choix, nous avons toujours des produits frais et régionaux ». 

Une évolution de consommation avec la crise 

Les Vendéens respectent le confinement et se déplacent moins. Lorsqu’ils sortent pour acheter à manger, ils privilégient les formats familiaux et les grandes quantités, pour ne pas avoir à se déplacer tous les jours. « Les gens viennent essentiellement pour acheter des boules de pain qui se gardent plusieurs jours », indique-t-on chez Maison Planchot. Aux Viviers de Vendée, la fréquentation de la boutique a baissé mais le prix moyen du ticket de caisse est passé de 21 € à 27 €. Qui dit confinement dit davantage de temps pour concocter de bons plats et cela se remarque dans les commandes des clients. C’est le cas pour la charcuterie-traiteur Les Saveurs mouilleronnaises à Mouilleron-le-Captif : « Nos clients achètent des viandes crues (porc, bœuf, agneau, veau, volaille) pour les cuisiner eux-mêmes ». 

Pour limiter les déplacements, les épiceries de proximité qui proposent des produits de première nécessité sont très demandées. Nadège Donné, gérante de l’épicerie ambulante Epistream le remarque : « J’ai trois fois plus d’activité qu’avant car j’ai beaucoup de nouveaux clients. À l’origine je suis une épicerie bio et vrac, je me rends compte que je m’en suis un peu éloignée pendant le confinement pour faire du dépannage avec des produits comme du fromage, du beurre, de la crème, de la volaille et des saucisses. Ce n’est que temporaire mais au moins ça soulage les clients ». 

Des mesures sanitaires respectées dans les commerces  

Pour se protéger, les commerçants sont équipés en masques, gants, gel hydroalcoolique et voire de visières de protection. Pour l’accueil des clients, tout est en place : signalétique au sol pour respecter les distances, vitre en plexiglas à la caisse, nombre maximum de personnes en même temps dans le magasin à ne pas dépasser, etc. Le gérant des Saveurs mouilleronnaises va plus loin : « Nous proposons des lingettes et du gel désinfectant en libre-service. Le service au magasin est plus long qu'à la normal car nous désinfectons les TPE, caisses et comptoirs après chaque client ». De son côté, la responsable de l’épicerie ambulante Epistream, n’accepte qu’une seule personne à la fois dans son camion et elle seule, peut toucher les produits mis en vente. De manière générale, « les clients sont compréhensifs ». 

De nouveaux services de livraison à domicile 

Certains commerçants ont mis en place un système de livraison à domicile sans contact, un moyen efficace de s’alimenter tout en respectant les mesures de confinement. C’est le cas aux Saveurs mouilleronnaises, qui propose ce service pour combler la perte de chiffre d’affaires de son activité de traiteur, actuellement à l’arrêt : « Les clients réservent par téléphone le matin ou la veille. C’est un service qui fonctionne très bien dans notre commune et dans les communes aux alentours. Nous livrons également, en lien avec le Carrefour express, la presse et les boulangeries de notre commune, le pain et les légumes qu'ils ont commandés ». Chez Maison Planchot, pour éviter les contacts, « les livreurs munis de gants déposent les produits à la porte et récupèrent le paiement par chèque préalablement déposé dehors, sur le bord d’une fenêtre par exemple ». Au commerce des produits de la mer Les Viviers de Vendée, le système de livraison dans un rayon de 15 km rencontre son public : « Nous avons même reçu des cadeaux de remerciement ! Les commandes se font par téléphone, l’un de mes salariés y consacre tout son travail », explique le gérant. Un service provisoire qui semble plaire aux clients, en attendant de jours meilleurs. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité n'a été publiées depuis 15 jours.