Conseil départemental de la Vendée

Vendée Globe : la flotte au ralenti

Publié le 09/11/2020 à 10:22
Modifié le 26/11/2020 à 12:55

Jeudi 26 novembre – jour 18 : la nuit a été très lente pour l’ensemble de la flotte, par manque de vent. Des conditions qui ne sont pas au goût du Sablais Sébastien Simon : « La journée devrait être encore compliquée, ça devrait encore mollir. Il faudra faire avec l’anticyclone… Dès qu’on sera dans son Sud, on rejoindra la dépression australe, on fera de bonnes glissades ». 

Au pointage de 9 h, Charlie Dalin creuse encore plus l’écart avec Thomas Ruyant qui continue sa course malgré une importante avarie sur son foil bâbord. Les deux skippers seront les premiers à ressentir le froid du grand Sud. Deux skippers sont encore dans l'Atlantique Nord et n'ont pas encore franchi l'Equateur : Kojiro Shiraishi qui a dû réparer sa Grand-voile et Jérémie Beyou qui avait été contraint de revenir aux Sables-d'Olonne suite à plusieurs avaries. 

En ce jeudi 26 novembre, profitons-en pour fêter un joyeux anniversaire à Alexia Barrier ! La navigatrice de TSE-4MyPlanet est la première de la flotte à célébrer son anniversaire pendant ce Vendée Globe 2020. 

Mercredi 25 novembre – Jour 17 : la longue descente de l’Atlantique continue pour la flotte du Vendée Globe. Au pointage de 9 h ce matin, le trio de tête reste inchangé avec Charlie Dalin qui creuse l’écart en première position, suivi de Thomas Ruyant et Jean Le Cam. Inquiétude cependant pour Thomas Ruyant qui a subi cette nuit une avarie de son foil bâbord : « Le foil est fissuré à de nombreux endroits et sa structure est touchée. J'attends l'analyse des architectes pour savoir s'il me faut le couper », indique le skipper de LinkedOut. 

En 4e position, Kevin Escoffier a effectué quelques réparations et étudie tous les scénarios possibles pour prendre la meilleure trajectoire : « C’est l’heure du dernier coup à jouer avant Bonne-Espérance et la course de vitesse qui s’y annonce. L’enjeu, c’est comme en athlé : il faut s’organiser pour avoir le meilleur couloir ». 

Samantha Davies a su faire les bons choix ces dernières 24 heures : « Je pense que j'ai choisi le bon moment pour couper le front hier. Il y avait beaucoup de vent dedans, et j’en ai profité toute la journée. J’ai été parfois à 20 nœuds sur les foils ». La navigatrice a dépassé Louis Burton et se trouve désormais en 9e position. 

Mardi 24 novembre - Jour 16 : Au coude à coude, empannage à empannage ! Le duo, Chalie Dalin (Apivia) et Thomas Ruyant (LinkedOut) continue de faire la course en tête. Au programme : manoeuvrer et régler au millimètre le bateau pour réussir le meilleur empannage possible. L'enjeu est de s'engouffrer dans le meilleur couloir de vent possible pour contourner le redoutable anticyclone de Sainte-Hélène. Pour le moment, Dalin est le plus fort et commence à distancer son compagnon de route et dispose de plus de 41 milles d'avance à 9h sur Ruyant. « On passe du temps à la table à cartes pour trouver le chemin. On en connaît les grandes lignes, mais il y a beaucoup de subtilités à gérer et, pour l’instant, Charlie (Dalin) fait ça très, très bien », résume le skipper nordiste sur à la vacation. Néanmoins, il sait qu'il faut rester vigilant : « Il ne faut pas oublier que Jérémie (Beyou) et Alex (Thomson) ont eu leur lot de soucis. Cela fait partie de la course et, pour tout le monde, il peut se passer plein de choses, je suis bien placé pour le savoir. Les faits de course font que nous sommes deux en tête, mais l’avance est petite au regard du tour du monde. Il y aura des tracas pour tout le monde, c’est le jeu du Vendée Globe. Mais oui, je suis très fier d’être 2e du Vendée Globe, c’est génial. » 

En effet, rien n'est joué et tout peut aller très vite sur un Vendée Globe : s'envoler loin devant comme tout perdre et s'arrêter brusquement. Alex Thomson (Hugo Boss) en a fait les frais. Le Gallois a terminé ses réparations et a repris sa marche en avant. Mais l'ancien leader de la course doit redoubler d'efforts pour retrouver la bonne trajectoire et s'extirper de la molle. En revanche, à l'arrière de la course Sébastien Destremau (Merci) a signalé à la direction de course une avarie majeure de quille. Dernier de l'édition 2016-2017, le marin et son bateau ne sont pas en danger assure son équipe.  

Lundi 23 novembre – Jour 15 : En ce début de 3e semaine de compétition, Charlie Dalin a pris la tête du Vendée Globe, suivi de près par Thomas Ruyant. Alex Thomson, victime de problèmes de structure, avance au ralenti. Mais il ne baisse pas les bras : « Dans ces situations, je suis habituellement en colère, triste et émotif, mais ce n'est pas le cas cette fois-ci. J'ai juste besoin de faire avec ». Le Gallois est maintenant 5e au classement, derrière Kevin Escoffier (4e) et Jean Le Cam (3e) qui malgré son bateau sans foils s’accroche ! Après le passage de l’Équateur, la flotte se dirige vers le cap de Bonne-Espérance, au sud de l’Afrique. 

Après les vents faibles d’hier, Boris Herrmann est heureux de retrouver de la vitesse : « Le vent trop faible, c’est plus stressant qu’autre chose. Là, avec un peu de vitesse en plus, c’est plus agréable. Je suis finalement plus détendu quand le bateau avance pleine balle ».  

Pendant que la flotte se trouve en bas de l’Atlantique Sud, Jérémie Beyou essaye de rattraper son retard, seul dans l’Atlantique Nord : « Il faut que je trouve un rythme soutenu parce que j’aimerais bien recoller à du monde avant les mers du Sud ». 

- Troussel abandonne, Beyou repart et bascule dans l'hémisphère sud : le journal de bord de la deuxième semaine du Vendée Globe 

- Beyou fait demi-tour, Le Cam tient tête aux foilers et une météo tenace : retrouvez le journal de bord de la première semaine en cliquant ici. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours