Conseil départemental de la Vendée

Les skippers tournés vers le Vendée Globe

Publié le 21/06/2020 à 18:32

Depuis le 11 mai, les marins ont le droit de naviguer. La plupart des candidats ont remis leur bateau à l’eau et se préparent à larguer les amarres pour cette course hors du commun. Le vent, les vagues, la houle, les glaces… Tant d’éléments rendent cet événement aussi extraordinaire que difficile.  

« L'aboutissement d'un projet » 

Pour affronter l’Everest des mers, les skippers doivent non seulement s’armer d’un bateau résistant mais également se préparer mentalement et physiquement. Et cela Damien Seguin, cinq fois champion du monde en voile paralympique, l’a bien compris. Après cinq mois de rénovation, son Imoca Groupe Apicil a pu être remis à l’eau le 10 juin. « Maintenant que le bateau a retrouvé l’eau, les entraînements intensifs vont commencer », explique le skipper qui sera le premier navigateur handisport à prendre le départ du Vendée Globe. « Nous allons commencer par des navigations en équipage pour vérifier tout ce que nous avons modifié cet hiver. Et puis, plus ça va aller, plus je ferai des navigations longues en équipage de plus en plus réduit jusqu’à faire du solitaire ».  

Pour le Vendéen Benjamin Dutreux la préparation se fait longue. Après six mois de rénovation, son voilier l’Imoca Water Family, a été remis à l’eau le 3 juin. Ce bateau est  « l'aboutissement d'un projet et le moment de valoriser ma petite équipe dont je suis très fier », explique le marin. « La remise à l’eau c’est un pas de plus vers le Vendée Globe. » Malheureusement, son partenaire Oceana Hôtels, en position délicate depuis l’épidémie, a décidé de se retirer. En plus de sa préparation globale, Benjamin Dutreux doit rechercher un ou plusieurs partenaires pour l’accompagner dans son projet. « On ira jusqu’au bout ! Nous restons positifs et nous continuons de nous adapter comme nous l'avons toujours fait », écrit-il sur sa page Facebook. 

Vendée-Arctique-Les Sables : préparation et qualification. 

Le 4 juillet, 22 skippers de la classe Imoca prendront la mer pour une course inédite, direction les abords du cercle arctique et au sud-ouest des Açores. Un événement qui permettra aux navigateurs de se qualifier pour le Vendée Globe. Damien Seguin et Benjamin Dutreux ayant déjà leur précieux sésame pour l’édition 2020, y participeront afin d’approfondir leur préparation. 

D’autres skippers, comme Armel Tripon sur L’Occitane en Provence, espèrent décrocher une qualification pour leur tout premier Vendée Globe. Le Nantais voit la Vendée-Arctique-Les Sables-d’Olonne comme « la meilleure garantie pour être en situation de performance le 8 novembre au départ des Sables-d’Olonne ». À bord de ce qu’il appelle sa « machine à sensations », le navigateur s’entraîne en baie de Quiberon, ainsi qu’atour des îles de Houat et d’Hœdic. « Ces sorties sont aussi faites pour enregistrer des données, pour avoir des repères, puis après on regarde ce que donnent les chiffres, explique-t-il. L’objectif primordial est la qualification pour mon rêve : le Vendée Globe ». 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours