Conseil départemental de la Vendée

Damien Seguin : « J’ai gagné ma place »

Publié le 08/10/2020 à 12:36

« J’ai commencé la course au large en 2005, avec pas mal de difficultés pour me faire accepter dans ce monde. » « Ce monde », c’est celui des valides. Né sans main gauche, Damien Seguin n’a jamais considéré cette différence comme un frein. Elle sera d’ailleurs son moteur avec le souhait de changer le regard que la société porte sur le handicap. 

Né à Briançon, dans les Hautes-Alpes, c’est sur la mer des Caraïbes que le jeune Damien s’immerge dans les sports nautiques et la voile en particulier. Son « esprit de compétiteur » émerge et ne le quittera plus. Sacré vice-champion du monde de Hobie Cat 16 en 1998, il rejoint alors la métropole. « Au début des années 2000, j'étais à la porte de l'équipe de France chez les valides. » Son immense déception lorsqu’il souhaite affronter le large en 2005 - les organisateurs de la Solitaire du Figaro refusent de valider son inscription en raison de son handicap – renforce ses ambitions. 

« Plus grands, plus loin » 

Devenu professeur d'éducation physique et sportive, Damien Seguin crée alors l’association Des Pieds et des mains pour développer la pratique de la voile chez les jeunes atteints de handicap. Déterminé à prouver que des aménagements spécifiques permettent de naviguer et d’être performant, son palmarès déjà bien fourni convainc. En effet ce champion de voile légère tire les cordes aussi bien aux Jeux paralympiques (trois médailles) qu’aux Championnats du monde de voile paralympique (cinq titres). 

Mais en 2020, c’est au large que le skipper compte se démarquer. En participant au Vendée Globe, il devient ainsi le premier skipper handisport en Imoca. Avec une 6e place à la Route du Rhum 2018 et une quatorzième place à la Transat Jacques Vabre 2019, Damien Seguin consolide des débuts prometteurs. « Aujourd’hui j’ai le sentiment d’avoir gagné ma place, à la régulière, parmi les autres skippers, indique-il fièrement. Je navigue sur des bateaux de plus en plus grands et de plus en plus loin. » 

Coaché par Jean Le Cam 

Pour son premier tour du monde en solitaire, le skipper de 41 ans s’est adjoint les conseils techniques d’un expert en la matière, Jean Le Cam, lui aussi au départ. Ce dernier l’a aidé à mettre au point son bateau et a partagé avec lui toute son expérience autour du monde. 

Fortement engagé pour la mixité handivalide, Damien Seguin naviguera accompagné du groupe Apicil et ses membres Apicil prévoyance et la mutuelle Intégrance. Spécialisés dans l’accompagnement des personnes handicapées et dépendantes, un lien s’est naturellement noué entre ces acteurs engagés. 

Ainsi bien accompagné, Damien Seguin saura sans nul doute mettre à profit cette nouvelle expérience extrême au profit de la cause qu’il défend, notamment auprès des plus jeunes. 

Suite de notre série demain avec le portrait de Maxime Sorel, skipper malouin parrain de l’association Vaincre la muscovicidose. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours