Conseil départemental de la Vendée

Miranda Merron seule mais bien accompagnée

Publié le 09/10/2020 à 18:20

Elle court sous les couleurs tricolores de Campagne de France, parle couramment la langue de Molière mais incarne aussi parfaitement l’identité de son pays la Grande-Bretagne et son flemme légendaire. « On est gâté quand on est en mer tout seul. Notre monde se réduit au bateau, la course au large et le ciel et quel bonheur de pouvoir vivre ça, dans mon cas probablement trois mois ! » L’ancienne publicitaire a su s’imposer dans le monde de la voile qu’elle écume depuis 2002 : une belle 8e place sur la Route du rhum puis la compétition sur Class40 où elle remporte la Rorc Transatlantic race en 2016 avant de faire en 2019 la Transat Jacques Vabre avec son compagnon, le Normand Halvard Mabirre. 

La course pour deux 

Miranda Merron ne participe pas pour gagner mais bien pour « faire la course de toute une vie. » Une course qu’elle fera seule à bord mais suivie de très loin et au plus près par son compagnon. Depuis dix-huit mois, le couple travaille sans relâche sur ce projet Vendée Globe.Une ambition commune pour ces deux marins aguerris. Et c’est Miranda qui la portera sur les flots. Avec quelques doutes mais qu’elle a su lever lors de l’épreuve qualificative de la Vendée Arctique Les Sables en juillet dernier en terminant à la 17e place. « Je ne me voyais pas aller sur le Vendée Globe sans passer par la Vendée Arctique. J’ai beaucoup appris et j’ai encore beaucoup à apprendre. », lance-t-elle. 

Un bateau expérimenté 

Miranda Merron a des appréhensions aussi mais surtout un optimisme à toute épreuve pour dompter les océans. « Je connais le grand sud. Je ne sais pas si c’est un atout ou un inconvénient, avoue-t-elle. De toutes façons c’est comme dans la vie, on oublie les mauvais moments et on ne garde que les bons souvenirs. » Elle compte bien les multiplier sur son monocoque. « Un bateau simple mais efficace » puisqu’il a à son compteur quatre tours du monde. Reçue cinq sur cinq !? 

Suite de notre série dimanche avec le portrait du Suisse d’Alan Roura, le benjamin de cette édition 2020-2021. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours