Conseil départemental de la Vendée

Vendée Globe 2020 : Arnaud Boissières puissance 4

Publié le 17/10/2020 à 19:30
Modifié le 17/10/2020 à 19:34

Le 8 novembre, Arnaud Boissières partira pour un quatrième tour du monde avec une nouvelle fois l’ambition de le terminer… Pour devenir le seul marin à boucler quatre Vendée Globe d’affilée. 

« Je suis un homme de tour du monde ! » Arnaud Boissières ne cesse de le répéter, faire le Vendée Globe « est une tranche de vie ». Sa vie ! Une obsession née lorsqu’il a 17 ans. Alors atteint d’une leucémie, son père l’emmène aux Sables-d’Olonne pour assister au premier départ du Vendée Globe. « Un déclic ! », raconte celui qui a désormais posé ses valises aux Sables. 

Homme de partage 

Éternel blagueur, chouchou du public depuis son premier Vendée en 2008, « Cali » comme on aime le surnommer sur le ponton, est aussi râleur. « C’est d’ailleurs de là que vient ce surnom, pour Caliméro. », explique Arnaud Boissière. Apprécié de ses concurrents, le skipper de La Mie Câline-Artisans Artipôle s’engage dans son quatrième Vendée Globe avec toujours autant de bonheur personnel, mais aussi avec cette envie de partage qui le caractérise : « C’est important quand tu pars ou quand tu arrives de montrer que tu es content. C’est un moment privilégier qu’il faut partager avec le public, les partenaires. »  

Depuis ses débuts sur l’Everest des mers, Arnaud Boissière offre un petit spectacle lors de son passage sur le chenal. « J’ai fait James Bond en 2013, il y a quatre ans au départ on avait mis la mascotte La Mie Câline sur le bateau, cette année je ne sais pas encore ce que l’on va préparer. Mais on fera forcément une surprise. », dévoile avec le sourire l’Arcachonnais. 

« Ce record plaît à tout le monde ! » 

Si le public a hâte de le voir animer le chenal, cette année l’envie de le voir marquer l’histoire de la course sera encore plus forte. Seul skipper avec Armel Le Cléac’h à avoir bouclé trois Vendée Globe d’affilée, il peut devenir le seul marin à réaliser la passe de quatre. « Ce record plaît à tout le monde ! C’est à la fois amusant et ça met une petite pression qui est agréable. », s’amuse le skipper, premier inscrit pour cette 9e édition… comme un symbole. 

« Il ne faut pas trop penser encore à terminer un 4e Vendée Globe, il faut déjà se projeter sur le départ, nuance Arnaud Boissières. Michel Desjoyeaux dit que pour gagner le Vendée Globe il faut le finir. Donc pour faire quatre Vendée Globe il faut finir le quatrième. Je vais m’atteler à ça et ça va bien se passer. J’en suis sûr ! » 

« C’est un bateau de tour du monde comme moi » 

Une telle confiance est le fruit d’un apprentissage, construit autour d’un projet solide : « L’expérience joue : dans la préparation, la façon de voir son projet, se fixer des priorités. C’est mon vatout. » Le Vendée Globe ne se prépare pas du jour au lendemain. Arnaud Boissières le sait et sa quatrième circumnavigation a débuté au moment où il a bouclé l’aventure du troisième après 102 jours de courses. Pour réussir un nouveau top 10, l’Arcachonnais fait le plein de certitudes en repartant avec les mêmes partenaires mais aussi grâce à son bateau en qui il voue une confiance aveugle. « C’est un bateau de tour du monde comme moi, fiable et robuste. », atteste le Sablais d’adoption. 

Un plan préparé avec minutie sur ce bateau de 2007 qui n’est qu’autre que l’ancien Ecover 3 de Mike Golding. « On a totalement modernisé ce bateau, on a tout refait structurellement à Port-la-Forêt chez Michel Desjoyeaux. On lui a ajouté des foils. Maintenant le bateau est costaud, il est béton. J’ai une totale confiance en lui, nous raconte le 7e du Vendée 2008 au moment de nous faire visiter son protégé avec qui il ne fait plus qu’un : Je le connais par cœur ! » 

Objectif 85 jours 

Lucide, Arnaud Boissières sait qu’il ne gagnera pas le Vendée Globe mais le compétiteur qui est en lui veut améliorer son temps de l’édition 2012-2013 : « J’ai fait 91 jours, j’aimerais tourner autour des 85 cette année. Ce serait un beau clin d'oeil à la Vendée. » Réaliser cet objectif serait une belle victoire, mais celui de simplement le terminer deviendrait grandiose. Conclure un quatrième Vendée Globe consécutivement pour ancrer définitivement son nom dans la légende d’une course qu’il a dans la peau.  

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours