Conseil départemental de la Vendée

Boris Hermann, bizuth mais pas candide !

Publié le 19/10/2020 à 12:11
Modifié le 19/10/2020 à 12:14

Comment on dit outsider en allemand ? « Außensiter ». C’est le statut de Boris Hermann, le navigateur allemand sera bizuth sur cette 9e édition du Vendée Globe. Mais un bizuth confirmé car toujours bien placé et parfois vainqueur depuis ses débuts en course en 2001. Il a vingt ans et termine 11e place à la Classe Mini, une course en solitaire traversant l’Atlantique. Ce désormais trentenaire a décroché de belles places dans les courses au large (4e de la transat Jacques Vabre avec Thomas Ruyant en 2017 et 3e de la Rolex Fasnet race avec Pierre Casiraghi) et des victoires notamment en Ultim (Le Cap Rio en 2014). Dernier accessit en date, une belle 7e place lors de l’exigeante et rapide Vendée Arctique Les Sables. 

Fer de lance de la navigation allemande  

De quoi aborder "l’Everest des mers" avec une confiance dans la soute de son bateau. Son bateau qui porte les couleurs du prestigieux Yacht club de Monaco est déjà arrivé aux Sables-d’Olonne. Lui ne devrait pas tarder pour peaufiner sa préparation.« C’est un grand honneur d’être le premier allemand à participer à votre très belle régate, s’exprime-t-il dans un français impeccable. Le Vendée Globe, c’est un rêve pour moi depuis une vingtaine d’année. Je suis sûr que ça susciter dans mon pays un engouement pour ce sport : la course au large en solitaire. On verra d’autres Allemands qui vont y venir ! » 

Analyser les eaux des océans 

Ambitieux oui mais pas que. Le navigateur est aussi un militant de l’environnement. Il porte un projet scientifique dans ce 1er tour du monde à la voile en solitaire avec Sea explorer. « On veut participer au Vendée Globe pour la compétition mais c’est aussi une rare opportunité de revenir avec une trace des données océanographiques, souligne Boris Hermann. On a mis un laboratoire à bord et on travaille avec les scientifiques pour être utile. Nous sommes est très fiers de porter ce projet. » PH, salinité de l’eau et CO2 seront prélevés puis analysés dans des zones peu fréquentées du Globe : les mers du sud. 

Demain, suite de notre série de portraits consacrés aux skippers du Vendée Globe avec Kevin Escoffier qui navigue sur PRB. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours