Conseil départemental de la Vendée

Femmes dans le Vendée Globe : le "grand" retour

Publié le 23/10/2020 à 17:16
Modifié le 23/10/2020 à 17:16

Après une absence remarquée en 2016, six femmes prendront le départ du Vendée Globe le 8 novembre. Un chiffre record mais encore faible. 

En 2016, il n’y en avait aucune. En 2020, elles seront six skippeuses au départ. Un record, certes, mais encore loin de la parité comme le souligne la navigatrice franco-allemande Isabelle Joschke : « C'est le bon chemin pour la mixité, c'est la première fois que les femmes sont aussi bien représentées mais c'est encore trop peu : nous sommes 6 sur 33, relève la franco-allemande. Mais, toutes les six, nous avons à cœur de montrer que les femmes marchent aussi bien que les hommes dans la voile. »
Une cause qui lui tient particulièrement à cœur et qu’elle a concrétisé en 2012 en co-fondant l’association Horizon mixité. « J’aimerais prouver qu’il est possible d’être une femme et d’aller au bout de ses rêves. » Une cause défendue aussi par sa concurrente Alexia Barrier à l’origine d’une journée au profit de femmes en situation d’exclusion. 

Une première pour cinq d’entre elles
Le 8 novembre, Sam Davies, Clarisse Crémer, Isabelle Joschke, Pip Hare, Miranda Merron et Alexia Barrier partiront donc pour un tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Pour cinq d’entre elles, le Vendée Globe est une première. Toutes sauf une : Sam Davies qui signe sa troisième participation. « Je pense que Sam et Isa pourraient faire de très belles choses, confie Miranda Merron à Imoca. Et Clarisse a de loin le meilleur bateau non-foiler et le mène plutôt bien. Ce bateau devrait faire une belle course. » 

Six sur sept à boucler
Il aura fallu attendre la troisième édition, en 1996-1997, pour voir deux femmes affronter l’Everest des mers : Catherine Chabaud (6e) et Isabelle Autissier (abandon). La course suivante, elles étaient également deux : Catherine Chabaud et Ellen Mc Arthur s’illustrant alors en prenant la deuxième place. Quatre ans plus tard, Anne Liardet (11e) et Karen Leibovici (13e) bouclaient leur tour du monde tout comme Samantha Davies (4e) et Dee Caffari (6e) en 2008-2009. Sam Davies rempilait l’édition suivante mais contrainte à l’abandon pour démâtage.
Sur les sept à avoir pris le départ depuis 1996, six auront bouclé la course. Une belle moyenne. Les femmes seraient-elles plus performantes que les hommes ? Pour Isabelle Joschke, « nous avons d'autres atouts. » Côté technique, « on trouve des petites astuces dans l’aménagement des Imoca pour rendre la navigation moins compliquée », explique Clarisse Crémer.
Les femmes de cette 9e édition comptent bien en découdre avec les éléments. Il se murmure que certaines visent même le podium… Depuis la deuxième place d’Ellen MacArthur en 2000-2001, aucune n’y est parvenue mais avec six skippeuses au départ, qui sait ? 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours