Conseil départemental de la Vendée

Vendée Globe sans frontières

Publié le 05/11/2020 à 18:49
Modifié le 05/11/2020 à 19:11

Médias et skippers font rayonner le Vendée Globe à travers le monde. 

Elle part de France, arrive en France et est très suivie dans l’Hexagone mais la course du Vendée Globe rayonne mondialement, en premier lieu grâce aux médias. Début octobre, les organisateurs annonçaient 77 diffuseurs internationaux sur 190 territoires dont 29 couvriront le départ en direct. Japonais, Caribéens, Boliviens, Mexicains, Egyptiens, Ivoriens, Dubaïotes… Pourront donc vivre le départ de la course mythique à travers les médias. Une couverture qui va au-delà du jour J. Sur le village, les chaînes de télévision, radios, supports web et papiers n’hésitent pas à mobiliser leurs équipes plusieurs semaines durant pour faire vivre cet événement insolite au plus près. 

La voile gagne en popularité 

Une mobilisation médiatique appréciée par le skipper Kojiro Shiraishi qui prend le départ du Vendée Globe pour la deuxième fois. Le japonais ne tarie pas d’éloges sur la visibilité offerte par l’Everest des mers au monde de la voile : « Au Japon, la voile hauturière n’est pas très répandue. Je dis souvent que participer au Vendée Globe en étant japonais est aussi difficile que participer à un tournoi de Sumo en étant français. » Mais il l’affirme, l’intérêt de l’Empire du soleil levant pour la voile grandit notamment grâce aux médias. « Il y a quatre ans, il y a eu plusieurs documentaires et directs avec des télévisions japonaises. Cette année encore, plusieurs chaînes me suivront et je tacherai de montrer l’arrivée d’un Vendée Globe, ambitionne le skipper qui avait dû abandonner la course en 2016. Aujourd’hui j’ai plusieurs jeunes skippers qui, grâce à cette visibilité, rejoignent mon équipe. »
Il espère que sa participation « ouvrira également la voie à d’autres skippers internationaux ». 

Un rayonnement par les skippers 

Car le premier rayonnement international passe sans conteste par les skippers eux-mêmes. Cette 9e édition compte neuf nationalités. Si la plupart des navigateurs sont européens, l'Asie et l'Océanie sont également représentées par le biais de Kojiro Shiraishi et du Franco-Australien Sébastien Destremau déjà au départ du Vendée Globe 2016. 

Au total, ils sont douze étrangers ou ayant la double nationalité à prendre le départ le 8 novembre : Didac Costa (Espagne), Samantha Davies, Pip Hare, Miranda Merron, Alex Thomson (Grande-Bretagne), Sébastien Destremau (France/Australie), Boris Herrmann (Allemagne), Ari Huusela (Finlande), Isabelle Joschke (France/Allemagne), Giancarlo Pedote (Italie), Alan Roura (Suisse) et Kojiro Shiraishi (Japon). 

Pour la Finlande et l’Allemagne, c’est une première. « J'agrandis le fan-club allemand de la course en solitaire », se réjouit le navigateur Boris Hermann. Malgré tout, en 2020, les skippers étrangers ne représentent qu’un tiers des effectifs. Une proportion qui stagne pour la cinquième édition consécutive. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours