Conseil départemental de la Vendée

Le Vendée Globe, la guerre des nerfs

Publié le 06/11/2020 à 18:34

Les marins du Vendée Globe sont de plus en plus nombreux à travailler sur l’approche et la gestion mentale de la course. Préparateurs mentaux ou psychologues sont là pour les accompagner à gérer une course éreintante. 

Longtemps vus comme des loups solitaires et durs au mal, les skippers du Vendée Globe restent des humains avec leurs émotions et leurs sensibilités. Partir faire le tour du monde, soit près de 45 000 kilomètres vers l’inconnu, n’a rien d’anodin. Livrés à eux-mêmes, dans des conditions dantesques, les skippers doivent appréhender leur environnement, et savoir réagir face à l’imprévu. « Sur un tour du monde en solo de 70 jours, il faut savoir sans cesse s’adapter, être capable de prendre des décisions et pour moi cela nécessite d’être fort psychologiquement », rappelle Kévin Escoffier (PRB). 

« Le défi sportif le plus difficile au monde » 

Pour Ken Way, psychologue d’Alex Thomson (Hugo Boss), le Vendée Globe est « le défi sportif le plus difficile au monde. » « D’un point de vue mental, les skippers traversent à peu près tous les sentiments émotionnels connus de l’homme : l’ennui, l’anxiété, la peur, la solitude, décrypte le médecin anglais sur vendeeglobe.org. Et si vous voulez être le plus performant possible, vous devez avoir les moyens de contrôler ces émotions ». 

Adepte des coups de colère au moindre petit grain de sable lors de ses trois précédents Vendée Globe, Jérémie Beyou (Charal) a décidé de mettre fin « au toboggan des émotions en mer ». Pour cela, il s’est attaché l’aide de Meriem Salmi, psychologue spécialisée dans l’accompagnement des sportifs de haut niveau. « J’ai compris grâce à elle que je ne peux pas mettre ma sensibilité et mes émotions de côté, témoigne le marin au FigaroJ’avais besoin de mieux m’accepter et de mieux utiliser comme une force des traits de mon caractère qui me paraissaient être des faiblesses. » 

Des marins esclaves de leur bateau 

« Les sportifs de haut niveau sont des gens avec des compétences hors norme et sont ultraperfectionnistes », analyse Meriem Salmi dans le Figaro. Une de leurs difficultés réside dans l’idée d’accepter qu’ils ne peuvent pas tout contrôler. Je les aide donc à affronter les choses qu’ils ne peuvent pas contrôler pour ne pas fabriquer de l’anxiété. »  

À bord des bateaux de nouvelle génération, la vie est devenue encore plus pénible et très anxiogène. Les foils permettent de gagner en vitesse mais font un bruit assourdissant pouvant atteindre 100 décibels pendant plusieurs heures. « Pas sûr que ces bruits permanents et usants soient bons pour la santé », s’interroge Sébastien Simon (Arkéa-Paprec). Les moments de répit sont encore plus restreints et les heures de sommeil en une journée se comptent sur les doigts d’une main. « Quand vous ne dormez pas ou très peu comme eux le font, votre cerveau ne fonctionne plus. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si le manque de sommeil était utilisé pour la torture. Eux sont capables de tenir mais il ne faut pas négliger qu’ils en bavent », souligne Meriem Salmi. 

« Réduire la taille de la planète dans sa tête » 

Si Alex Thomson se prépare sur l’aspect mental depuis vingt ans, d’autres comme Louis Burton s’y sont mis seulement cette année. « Il y a quatre ans, pour la première fois, des skippers abandonnaient parce que les bateaux étaient devenus invivables. Ça veut quand même dire que tu as intérêt à être sacrement prêt dans ta tête parce qu’il faut une résistance énorme, explique le skipper de Bureau Vallée 2. Avec ma coach, on a bossé sur l’idée de réduire la taille de la planète dans sa tête. Parfois sur le Vendée Globe, tu peux avoir 1500 milles de retard ou 1500 milles d’avance et il faut rester motivé parce qu’à l’échelle d’un tour du monde, ce sont des écarts qui peuvent être comblés. »  

Imagerie mentale, yoga, technique de relaxation, introspection, médiation, …  Les techniques sont nombreuses. Au combat sur l’eau, la guerre des nerfs pourrait faire la différence à l’arrivée de ce 9e Vendée Globe. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours