Conseil départemental de la Vendée

Des skippers hyper connectés aux terriens

Publié le 11/11/2020 à 14:02
Modifié le 11/11/2020 à 14:44

À coups de selfie, de message ou même en poussant la chansonnette, les skippers d’aujourd’hui sont bien souvent des pros de la communication. Ils ont beau faire le tour du monde en solo, ils n’en demeurent pas moins des communicants initiés. Une fois le brouillard dissipé le jour du départ, les 33 marins ont avalé les premiers milles en prenant leur nouveau rythme de vie. Tout en répondant rapidement au vœu clamé du haut des balcons surplombant le chenal des Sables : « Bon vent les amis ! Donnez-nous des nouvelles !»  

Un petit selfie entre deux manœuvres  

Quelques heures plus tard, Alexia Barrier s’amuse en se prenant en selfie sur le pont de son bateau, pointant du doigt l’oiseau venu lui prêter compagnie ! À quelques encablures, Giancarlo Pedote reprend la bonne vieille ardoise d’écolier pour délivrer un message. Le 10 novembre, Jérémie Beyou envoie une photo de lui à bord du bateau, pouce levé, tout simplement. Mais le lendemain, son équipe informe notamment par tweet que le bateau a heurté un OFNI dans la nuit tempétueuse. Le vent tourne vite sur le Vendée. Le marin est contraint de faire demi-tour et de revenir aux Sables pour réparer son bateau...    

« Merci de me suivre ! »  

Jean Le Cam l’avait promis. Il donne des nouvelles à sa communauté de fans comme il dit, quelques heures avant le départ. Sa femme Anne derrière la caméra, en JRI, il s’amuse au jeu de l’interview. « Tu vas bien Jean, je répète ce que tout le monde me demande depuis ce matin ? » dit-elle. Lui : « Oui oui ça va ! Je donnerai des nouvelles régulièrement, c’est promis. Peut-être pas les premiers jours, le temps de voir comment tout cela se met en place mais je vous ferai des clacs clacs clacs ». Il finit sourire en coin, fidèle à son habitude : « Merci de me suivre et de suivre tous les autres parce ce que, ce Vendée Globe va être, comment dire, très intéressant. Merci encore à tous de me suivre et n’oubliez pas, Yes we cam ! » 

Quelques heures plus tard, lors de la vacation radio, le marin fait une confidence :" Je me suis endormi et je me suis réveillé à 7 milles de la côte. Oh p***** ! Virement de bord en catastrophe, matossage enfin bon… Le matossage ça devrait être interdit sur ces bateaux. J’ai fait un KO comme au Figaro. Tu te réveilles, tu ne sais pas où t’es." Grosse frayeur pour le skipper, un brin soulagé de partager ce KO avec les auditeurs. Une façon aussi de rappeler que la course est rude. Le lien avec la terre permet aussi de ne pas se sentir "trop" seul.   

« À moi de jouer… autour du monde » 

De son côté, Sam Davies, tout sourire quelques heures après le départ, poste une courte vidéo attendue par ses fans. Foulard rouge et blanc noué sur sa tête, elle raconte ses premières heures. « Bon ben voilà, j’ai la planète devant moi et… la flotte derrière moi, s’amuse la skippeuse placée en bonne position. Bon ok, il y en a quelques-uns devant moi ! Merci à mon (sic) super équipe pour tout. À moi de jouer… autour du monde ». Les « like » affluent sur sa page Facebook, signes que les internautes raffolent des nouvelles du large. 

Pip Hare a quant à elle choisi le carnet de bord pour livrer à l’AFP ses premières impressions : «Sur mon bateau, je me sens chez moi. J'essaye de vivre chaque moment pleinement. Je sais (…) déjà à quel point cette course a changé ma façon de naviguer et comment ça m’a changé, moi. Sinon, la météo n’est pas géniale mais ça va. Je barre et le monde est un bon endroit où être." What else ? 

Faire chavirer les compteurs  

Les chiffres sont éloquents en termes de comm’ comme on dit. Le Vendée Globe a réuni le jour du départ :  

-       20 chaînes françaises de télévision couvrant tout ou une partie du départ du 8/11 ainsi que 30 chaînes internationales  

-       Direct radio : Europe 1, Radio France sur toutes les antennes, RMC, RTL…. 

-       Presse écrite locale, régionale, nationale et internationale (Ouest France / Voiles et Voiliers, Le Télégramme, L'Equipe, Le Figaro, Le Monde, Libération...) 

  

-       24 296 milles nautiques (44 996 km) à avaler et autant d’histoires à raconter!  

  

-       Et bien entendu 33 skippers équipés de caméra, et connectés au reste du monde, pour nous partager leur extraordinaire aventure.  

  

Pour suivre la course :  www.vendeeglobe.org ;  www.vendee.fr et les Réseaux sociaux du Département de la Vendée ;  www.vendeeglobejunior.org 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours