Conseil départemental de la Vendée

"Je suis encore plus amoureux de cette course!"

Publié le 06/02/2021 à 12:51
Modifié le 06/02/2021 à 17:05

Jérémie Beyou force le respect. Reparti des Sables-d'Olonne le 17 novembre après avoir fait demi-tour, pour réparer son bateau, le skipper sur Charal boucle son Vendée Globe à la 13e place en 89 jours 18 heures 55 minutes et 58 secondes. Après son passage de ligne, vers 9h15, sous une belle luminosité, il a pu retrouver son équipe et ses proches. Puis, place à la remontée de chenal d'un skipper tout sourire après son tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance qu'il n'avait pas du tout imaginé de la sorte !  

"J'ai découvert d'autres qualités en repartant" 

Une fois le pied posé à terre, les premiers mots de Jérémie parlent d'eux-mêmes : "Le Vendée est une course longue, je finis 13e et j'ai remonté des places après être revenu aux Sables puis reparti 9 jours après les autres... Je suis très fier de ce que j'ai fait". Le marin reconnait avoir "découvert d'autres qualités en repartant", en naviguant derrière et notamment d'avoir eu moins de pression mais aussi d'avoir pris le temps de discuter avec les autres marins. "J'ai découvert, derrière, la fierté des victoires que l'on accomplit chaque jour. Aujourd'hui, je suis encore plus amoureux de cette course du Vendée Globe!"  

Aller au bout de soi-même 

En conférence de presse, le skipper parait transformé en effet par cette édition de l'Everest des mers. S'il est allé au bout de lui-même en repartant, il a fait preuve d'une sacrée dose de résilience. Mais il tourne bien vite son regard vers les autres concurrents : "Cette course est un vrai challenge. Tous les marins sont des supers marins. Je pense beaucoup à eux car ils ont encore des semaines en mer à tenir et je pense aussi à ceux comme Alex, Nicolas, Kevin, Sébastien qui sont à la maison depuis presque le début de la course. Je leur fais à tous un petit coucou".  

"Je n'ai pas perdu mon esprit de compétition!" 

2024 ? Oui il en a très envie car cette édition n'a rien enlevé à son esprit de compétition. Il va y réfléchir avec l'équipe dans les prochaines semaines bien sûr. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il ressort grandi de tout ça et que l'épisode du sauvetage de Kevin doit aussi rappeler une chose essentielle : "il faut être solidaires". 

Place pour le moment au repos bien mérité! Dans les prochains jours, Jérémie veut passer du temps en famille et avec son équipe, voir son chien, se reposer car cette course "lessive" et... manger des entrecôtes (!) avant de retrouver avec hâte les lignes de départ. Il y est attendu.  

© CD85 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours