Conseil départemental de la Vendée

Comment choisir les aliments ?

Publié le 17/07/2014 à 11:33
Modifié le 06/05/2015 à 11:32
Interrogations sur le goût, les saisons, l'histoire, la lecture des étiquettes, faire ses courses...pour mieux choisir les aliments et manger avec plaisir, il est important de mieux connaitre ce que l'on mange!

L’alimentation dans l’Histoire

L’alimentation dans l’Histoire

  

Frise histoire
 

Une histoire de couteaux…

Les hommes préhistoriques utilisaient déjà des pierres taillées en silex ou des os pour découper. Puis, au fur et à mesure de la maîtrise de la métallurgie, le couteau devient métallique : en bronze, puis en fer et enfin en acier. La forme et les matériaux des couteaux varient suivant les fonctions. Il peut être individuel ou de service (couteau à découper, couteau de table, à beurre, à crustacés ou à fromage…). D’abord tout d’une pièce, il pourra devenir pliable, à lame rentrante ou interchangeable, ou encore à multifonctions pour le voyage. 

 

Modes de cuisson

Après la découverte du feu, plusieurs modes de cuisson se développeront : la broche, la cuisson à l’eau (on plonge des pierres brûlantes dans une outre contenant de l’eau ; l’eau chauffe et on cuit les aliments dedans), la papillote avec des poissons enveloppés de feuille et recouverts de braises. 

 

Routes et Rome

Les riches romains font venir de tout l’empire des aliments rares et variés : autruche, huîtres, vins… Grâce aux routes pavées l’approvisionnement est plus rapide. 

 

La production de sel dans notre région…          

 

Nos ancêtres les gaulois produisaient du sel en briquette. Le sel était obtenu par chauffage et évaporation de l’eau de mer qu’ils récupéraient dans des barquettes ou des augets en terre cuite. Plus tard, les romains apporteront la technique des marais salants, basée sur l’évaporation naturelle de l’eau. 

 

Nouveau plat

La soupe apparaît en France, au cours du Moyen-âge, à base de légumes comme le chou ou le poireau et parfois enrichie de viande de porc salée. 

 

Pourquoi dit-on « mettre la table » ?

 

Au Moyen Age, pour chaque repas, on installait une table : une planche de bois était posée sur des tréteaux. L’ensemble était ensuite démonté et rangé jusqu’au prochain repas. On pouvait installer la table dans une pièce de la maison ou à l’extérieur. Puis, l’expression « mettre la table » s’appliquera à la disposition des objets utilisés au repas sur la table. 

Et « mettre le couvert » ? Jusqu’au XVème siècle, pour montrer aux invités toutes les précautions prises pour éviter l’empoisonnement, on donnait l’ordre de couvrir tous les plats et les boissons avant de les servir. On disait alors qu’il fallait les servir « à couvert » ! Puis le sens s’est étendu à tous les ustensiles utilisés par la suite. Aujourd’hui, « mettre le couvert » s’applique à la disposition des objets utilisés sur la table pour le repas (assiettes, verres, fourchettes, couteaux…). 

 

L’histoire de la fourchette…

En Europe, au Moyen Age, la fourchette n’a que deux dents et reste un objet très rare et luxueux. Jusqu’au XVIème siècle en France, on se servait de ses doigts ou de la pointe du couteau pour porter l’aliment à sa bouche. Au XVIème siècle, Catherine de Médicis, reine de France venant d’Italie, introduit l’usage de la fourchette à sa table mais il ne se généralise en France qu’au XVIIIème siècle. 

 

Le bon, bon

 

Les seigneurs apprécient de croquer des noisettes cuites dans du sucre. Les enfants à la cour d’Henri IV auraient dit « Bon, bon » en croquant ces sucreries. Ce mot est resté. 

 
 
 
 
 

A quand remonte le « sandwich » ?

Lord John Montagu (1718 – 1792), quatrième comte de Sandwich, amiral de la flotte royale anglaise passait des heures assis à jouer avec ses amis. C’est le cuisinier de cet aristocrate qui imagina le fameux « en-cas » confectionné avec deux tartines de pain beurré et une tranche de viande au milieu, afin de permettre à son maître de manger sans quitter sa table à jeu ni se salir les doigts ! 

 

Petite histoire de la pomme de terre …

 

Amenée des Amériques par les espagnols au XVIème siècle, la pomme de terre sera utilisée pendant deux cents ans uniquement pour nourrir les animaux. Au XVIIIème siècle Antoine - Augustin Parmentier, agronome et pharmacien des armées pendant la Guerre de sept ans, sera fait prisonnier en Allemagne et pendant son incarcération, on lui fera manger des racines qui étaient en fait des pommes de terre. De retour en France en 1771, avec l’appui du Roi Louis XVI, il fera tout pour les rendre populaires ! En hommage, un célèbre plat porte son nom : le hachis Parmentier ! 

 

Nicolas Appert

Un pâtissier français, Nicolas Appert, a l’idée de mettre des légumes dans des bouteilles qu’il bouche et qu’il fait chauffer à 100°C. C’est le principe de l’appertisation à l’origine de la conserve. 

 

La sardine

 

Alors que la technique de la conserve apparaît vers 1800, un nantais nommé Joseph Colin à l’idée dès 1830 de mettre en boite des sardines dans l’huile. En 1903, Eugène Gendreau, reprend une petite conserverie de sardines installée déjà depuis 1856 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. C’est aujourd’hui une entreprise prospère sous la direction de son arrière petit-fils. 

 

 

Cahier de recettes de collégiens