Conseil général de vendée

Le Département réhabilite la Sénardière

Publié le 05/10/2012 à 11:20 - Modifié le 19/12/2014 à 10:20

« Avec la réouverture officielle du site des douves de la Sénardière, une nouvelle page d'un grand livre d'Histoire s'écrit devant nous ».  

    

10 ans après son rachat par le Département, le site de la Sénardière, unique en Vendée, peut de nouveau accueillir les visiteurs depuis samedi 7 mai sur son étrange jardin en carré en île …  

  
Patrimoine exceptionnel, ce jardin et les vestiges désormais consolidés sont les ultimes témoins du vaste ensemble qui se dressait aux bords des douves et défiât le temps durant des siècles.   

  
Un premier château fut vraisemblablement érigé au début du XIVème siècle par les Sénard, premiers seigneurs du domaine, donnant leur nom au site. Appartenant ensuite à la famille du Chaffault, il fut détruit au cours des guerres de Vendée. D'un vaste corps de logis regardant le jardin, ne subsistent aujourd'hui que deux tours toujours en place ainsi que les deux plateformes engazonnées.  

  
L'une constitue notamment l'un des plus beaux exemples de carrés en île de Vendée. Ces jardins d'agrément clos de murs et entourés de douves sont typiques des jardins de la seconde moitié du XVIème siècle.  

     

Oublié par les hommes et envahi par les ronces, le site exigeait une intervention urgente que le Conseil Général lança en 2009. 

    

« L'âme du lieu » a guidé notre projet explique Marie-Pierre Niguès, architecte du patrimoine, « il fallait conserver cet effet pittoresque tout en permettant l'appréhension de ces ruines, romantiques et mystérieuses ».  

    

Mise en sécurité du site avec des installations de garde-corps, remise en valeur des murs, réaménagement paysager… durant plusieurs mois, des travaux de restauration ont été menés afin de préserver les lieux sans les dénaturer.  

  
Les tours ont été vidées des gravats qui les envahissaient, laissant apparaître des départs d'escalier, des traces de meurtrière…   

 
« Nous avons gelé la ruine » poursuit Marie-Pierre Niguès « afin de préserver l'existant ». La technique de cristallisation utilisée sur le chantier va permettre de conserver les parties restaurées en l'état et d'empêcher leur dégradation au cours des prochaines décennies.  

  
Un fastidieux travail sur les murs de soutènement du carré en île a aussi été effectué, avec la consolidation des maçonneries des douves sous le niveau d'eau.  

  
« Ce site est extrêmement riche au niveau paysager et archéologique. Il est un témoignage vivant qu'il faut protéger pour le transmettre aux générations futures» ajoute l'architecte.  

  
« Protéger le passé tout en anticipant le futur : ce qui se passe ici à Boufféré est le symbole de ce qui se passe dans le département » relève Bruno Retailleau, Président du Conseil Général en saluant l'importante réhabilitation du lieu, « la Sénardière devient désormais un site vivant, un atout touristique pour le canton».  

     

Une seconde phase de restauration du site va être prochainement lancée. Une signalétique permettra aussi de visualiser une restitution du logis et de ses jardins tels qu'ils ont pu exister au XIVème et XVIème.  

    

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Réseau Cap Vendée

VIDEO - Ma Vendée j'y tiens !

 

VIDEO - L'ADN de la Vendée

 

VIDEO - Sondage IFOP

 

Réseau Cap Vendée