Conseil départemental de la Vendée

L'Observatoire Départemental de l'Eau

Publié le 08/01/2015 à 15:16
Modifié le 24/06/2016 à 11:37
L'Observatoire Départemental de l'Eau a été créé en 2000 et associe des structures de l'Etat, du Département et de l'Agence de l'Eau Loire Bretagne.

En 2015, il est rattaché à l'Observatoire Départemental de l'Environnement en s'étendant aux thématiques du climat, de l'air, de l'agriculture, de la pêche et de l'aquaculture et des espaces naturels.


Retrouvez toutes les données de la thématique EAU dans ce dossier.

Réglementation et politiques vendéennes en faveur des eaux littorales

  

       

Les eaux côtières sont soumises aux dispositions de la directive-cadre sur l'eau DCE (voir chapitre " Réglementation et planification de l'eau"). 

La Directive-cadre stratégie pour le milieu marin (DSCMM)

  

Adoptée par l'Union européenne en juin 2008 et transposée en droit français en juillet 2010, la DSCMM établit un cadre réglementaire permettant d'atteindre et de maintenir le bon état écologique des eaux marines au plus tard en 2020. En France cette directive est mise en oeuvre à l'échelle de 4 sous-régions marines : 

  • Manche - mer du Nord
  • Mers celtiques
  • Golfe de Gascogne
  • Méditerrannée occidentale

   

Politiques vendéennes en faveur des eaux littorales

  

Les ports

  

L’activité portuaire : un secteur dynamique et en croissance

  

Le Conseil Général administre 14 des 17 ports de Vendée. La gestion de ces ports a été concédée à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Vendée, pour les ports de pêche et de commerce notamment. Propriétaire des infrastructures, le Conseil Général aménage et entretient les sites. 

En majorité consacrés à la pêche, les ports de Vendée accueillent aussi des activités ostréicoles, des plaisanciers et le transport des vacanciers. 

  

  • Vente à la criée aux Sables d'Olonne
    les criées de Vendée sont au 4ème rang national avec 50M€ de chiffres d’affaires par an,
  • 6 500 anneaux sont consacrés à la plaisance,
  • Fromentine accueille 550 000 passagers par an à destination de l’Ile d’Yeu,
  • le port de commerce des Sables accueille un trafic de 800 000 tonnes annuelles qui tend vers le million.

  

  

  

Des contrats Environnement Portuaire pour préserver la qualité de l’eau

     

Compte tenu des enjeux écologiques d’une telle activité, le Conseil Général de la Vendée a mis en place en 2008 un programme « Ports propres en Vendée » qui a conduit à la création des contrats « Environnement portuaire » en 2009. 

Les contrats sont conclus entre la Chambre de Commerce et d’Industrie de Vendée, gestionnaire des ports, le Conseil Général et l’Agence de l’eau Loire Bretagne. 

  

port de pêche à Saint Gilles croix de Vie

  

Ces contrats ont trois objectifs : 

  • améliorer la qualité des eaux portuaires,
  • optimiser la collecte des déchets portuaires,
  • sensibiliser les gestionnaires et les usagers.

   

Des équipements nouveaux pour les ports de Vendée

  

Une série d’actions complémentaires remplit les objectifs du contrat. Elles sont mises en œuvre conjointement par le Conseil Général et par le gestionnaire du port. 

  

Port Joinville à l'ile d'Yeu

  

Des nouveaux matériels et équipements sont dorénavant mis en place : 

  • les pompes à carburant des quais et des pontons recueillent les fuites et les déversements accidentels d’hydrocarbures,
  • des pompes à eau noires collectent les eaux usées des bateaux présents sur le port,
  • les cales de carénage sont aménagées pour empêcher le déversement dans l’eau des déchets de carénage et des fuites d’hydrocarbures,
  • des bateaux de dépollution récupèrent les hydrocarbures et les déchets flottants,
  • des kits de dépollution sont installés sur les quais à disposition des plaisanciers,
  • des déchèteries portuaires collectent les déchets toxiques ou dangereux résultant de l’entretien des bateaux (peintures, colles et solvants, fusées de détresse…).

   

La baignade

    

baignade à Notre Dame de Monts

Chaque année, le littoral vendéen accueille de nombreux touristes. 75 sites de baignade en mer sont recensés sur nos côtes. 

  

La nouvelle Directive Eaux de baignade - Directive 2006/7/CE - du15 février 2006, fixe des règles pour la surveillance, l'évaluation et la gestion de la qualité des eaux de baignade ainsi que la fourniture d'informations au public sur la qualité de ces eaux. L'objectif est double : il s'agit de réduire et prévenir la pollution des eaux de baignade et d'informer les usagers sur leur degré de pollution. 

  

Cette directive a introduit de nouveaux critères de qualification avec un classement portant non plus sur les analyses d’une seule saison mais sur celles des 4 dernières. 

      

Par ailleurs, les collectivités en charge de la gestion des plages étaient tenues d’établir des profils de baignade avant mars 2011. Ceux-ci doivent être mis à jour périodiquement, tous les deux, trois ou quatre ans selon la qualité des plages. 

Un profil de baignade est un diagnostic de la qualité sanitaire des plages et des sources de pollution pouvant l’affecter. Il doit permettre à la collectivité responsable d’un site de baignade de disposer des éléments de compréhension des sources éventuelles de contamination bactériologique des eaux et de programmer des travaux de reconquête, si nécessaire. 

Les éléments de suivi en temps réel de la qualité sanitaire peuvent éventuellement conduire la collectivité responsable à fermer temporairement la baignade ou à prendre des mesures de gestion adaptées à la protection sanitaire des usagers. 

Les principes du profil de baignade peuvent être élargis aux sites de pêche à pied de loisirs afin de contribuer à la protection de la santé des consommateurs de coquillages. 

  

plage du Veillon à Talmont Saint Hilaire

  

Par ailleurs, les autorités nationales doivent prendre des mesures permettant au public de s’informer et de participer à la gestion de la qualité des eaux. Ainsi les citoyens peuvent formuler des suggestions, des remarques ou des réclamations. 

Les États membres veillent ainsi à ce que les informations soient activement diffusées et facilement disponibles au cours de la saison balnéaire. 

Qualité des eaux de baignade

  

Avec ses 250 km de côtes, notre département attire de nombreux touristes pour les activités nautiques et la baignade. Pour informer au mieux ces vacanciers comme les vendéens soucieux de se baigner dans une eau de qualité, l'Observatoire Départemental de l'Eau a mis en place depuis quelques années, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé – Délégation de Vendée, un site permettant de consulter la qualité de l’eau, plage par plage. 

Consulter les résultats des analyses 

    

Le problème des algues vertes

  

Le Département de la Vendée cofinance des études permettant de déterminer les origines des algues vertes et de modéliser leurs parcours afin d’expliquer les proliférations observées depuis plusieurs années sur nos côtes, essentiellement en Baie de Bourgneuf et sur les côtes ouest de l’Ile de Noirmoutier. 

  

rochersà marée basse à Bretignolles sur mer

  

Les conclusions de l’étude sur l’origine des algues vertes confiée au Centre d’Étude et de Valorisation des Algues (CEVA) en 2010 ont montré que les nutriments proviennent majoritairement de la Loire puis en second lieu de la Vilaine. Les apports des cours d’eau vendéens apparaissent peu significatifs (< 2%), mais pourraient contribuer à une reprise de croissance des algues avant leur échouage. 

Il convient de noter que les marées vertes en Pays de la Loire sont des marées à dominante type "arrachage" c'est à dire développement d'algues vertes fixées au niveau des hauts fonds rocheux et arrachage par les courants et vents.