Conseil départemental de la Vendée

Fleuristeries : une année d’adaptation pour maintenir l’activité

Publié le 30/04/2021 à 09:50
Modifié le 30/04/2021 à 11:06

Florent Moreau, artisan-fleuriste à Saint-Laurent-sur-Sèvre et président de la Fédération française nous répond. 

Dans quelle situation se trouve l’activité des artisans-fleuristes ?
Sur une année lissée entre mars 2020 et mars 2021, la moyenne tourne autour de 10 % de perte d’activité.  

Dans le cadre du troisième confi­nement, sous l’action de la Fédération française des artisans fleuristes (FFAF) nous sommes reconnus comme essentiels et les boutiques sont donc ouvertes. C’est très important pour maintenir le lien avec le client. 

Quelles initiatives sont prises par les artisans-fleuristes pour maintenir un niveau d’activité correct ?
Il y a plus de livraisons et plus de commu­ni­ca­tion sur les réseaux sociaux. Les fleuristes ont dû accélérer le virage du numérique. Malgré tout, nos produits sont visuels et la vente en magasin ne pourra pas être supplantée à 100 % par le numérique. 

Justement, les habitudes d’achats ont-elles changé ?
Depuis mai 2020, les Français sont très demandeurs de plantes et de fleurs. En règle générale, l’achat pour soi représente 10 % des ventes. Aujourd’hui nous sommes plutôt autour de 20-25 %. Cela permet de doper un peu l’activité. Les Français veulent décorer leurs intérieurs et s’y sentir bien. Un joli bouquet égaye la maison et plus largement le quotidien. 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le Journal de la Vendée du mois de mai à venir dans vos boîtes ! 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours