Conseil départemental de la Vendée

Témoins de l'Histoire

Publié le 02/04/2021 à 16:17
Modifié le 02/04/2021 à 16:27

Reportage à Bellevigny, vendredi 2 avril, en présence de Jean-Claude Druard. Cet après-midi là, des classes du collège ont eu la chance de participer à une action scolaire mise en place par l'association des Ardennais de Vendée, en lien avec le Département de la Vendée. Cette association a en effet créé une exposition pour sensibiliser les jeunes des deux départements, la Vendée et les Ardennes, dans le cadre des 80 ans de l'exode en 2020.  

Rencontre avec Jean-Claude Druard 

En 1940, Robert, le père de Jean-Claude Druard a 19 ans. Il vit l'exode avec ses parents et son frère à bord d'un chariot qui les conduit jusqu'à Nalliers. Ils sont accueillis chez le boulanger. Les voisins qui les accompagnaient vont quant à eux chez les Bodin, à la Grenouillère. La petite René (Bodin) a alors 8 ans. Elle fait partie aussi aujourd'hui des témoins. Elle se souvient de cette période marquante de sa vie : l'arrivée des Allemands et celle des Ardennais. D'autant plus que le père de Jean-Claude travaille durant cette période dans la ferme de ses parents. Des liens d'amitié se tissent entre les deux familles et perdurent au retour des Ardennais chez eux. Jean-Claude lui reviendra en Vendée, profitant d'une opportunité pour le travail. Il y reste ! Et livre aujourd'hui son témoignage. A ses côtés, Philippe Thiery, président de l'association et Hervé Renson d'Herculais, vice-président, apportent aussi leur récit.  

Un témoigne intéressant à des élèves intéressés  

Les élèves de 3e, comme Mateo, Jessy, Adam, Maël ou Anna sont attentifs : "Combien de jours ont mis vos parents pour rallier la Vendée? " ; "Pourquoi la destination était la Vendée ?" ; "Qu'ont fait les Ardennais pendant leur exode ?" ou plus insolite "Pourquoi avez-vous un sanglier sur votre logo associatif?" Le courant passe entre élèves et témoins. 

Le silence qui s'installe parfois entre les prises de parole fait prendre conscience aux jeunes que les messieurs qui se tiennent devant eux ont touché de près les heures sombres des années de guerre. Dans leur famille. Jean-Claude Druard explique: "Mon père avait 19 ans quand il a suivi ses parents en Vendée. En 28 jours, à pied, à raison de 28 km par jours, ils ont rejoint Nalliers. C'était une décision de destination militaire. Tel habitant de tel village des Ardennes allait dans tel village de Vendée. Ils devaient aller en train mais les Allemands arrivaient plus vite que prévu et décision fut prise d'y aller à pied." Avant de se quitter, les témoins font promettre à leurs auditeurs de questionner leurs grands-parents :"Vous serez surpris de constater que dans bon nombre de familles, il y a des ardennais!" Il y a déjà 35 000 vendéens qui ont des liens avec les Ardennes à ce jour ! Et 1500 mariages sont nés de ces liens entre les deux départements.  

© DR  

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité.

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité n'a été publiées depuis 15 jours.