Conseil départemental de la Vendée

Baisse de 36% des quotas de pêche de la sole : « Une décision inacceptable »

Publié le 14/12/2021 à 14:09
Modifié le 06/01/2022 à 11:42

Les quotas de capture par espèces dans l’UE pour 2022 sont approuvés. La forte diminution actée pour la sole est un coup dur pour la pêche vendéenne. 

La dernière nuit de négociation aura été longue. Après 48 heures de débats, les ministres de la Pêche de l’Union européenne réunis à Bruxelles ont annoncé un accord final concernant les quotas de pêche 2022.
Un accord en demi-teinte pour la délégation vendéenne et ligérienne présente sur place. « La décision de diminuer les quotas pour la sole de 36% est une décision inacceptable pour nos marins pêcheurs. La sole représente 25% du chiffre d’affaires de nos criées vendéennes et près de 50% du chiffre d’affaires de la criée de Noirmoutier. Cette diminution met donc en péril l’équilibre économique et social de nos ports et de toute la filière professionnelle », fustigent dans un communiqué commun Florence Pineau, vice-Présidente du Conseil départemental de la Vendée en charge de la pêche ; François Blanchet, conseiller régional ; Alain Blanchard, vice-président des Sables D’Olonne Agglomération, Bruno Noury, Conseiller départemental du canton de l’île d’Yeu ; et Dominique Chantoin, Président de la Communauté de communes de l’île de Noirmoutier. 

Des élus déterminés 

Par ailleurs, ces derniers proposaient d’étaler cette baisse sur plusieurs années. Malgré le soutien de l’Etat, elle n’a « malheureusement pas été retenue ». Les élus regrettent « l’inflexibilité de la Commission européenne qui fait ainsi le choix de sacrifier les professionnels d’une pêche artisanale, durable et responsable ».
Ce coup dur pour la pêche vendéenne n’entame pas la ténacité des élus locaux mobilisés : « Les professionnels peuvent compter sur notre détermination pour porter leur voix auprès des responsables nationaux et européens. Plus que jamais, nous restons à leurs côtés. » 

Les ministres de la Mer européens réunis à Bruxelles. ©European Union

Lieu jaune et merlu : quotas « globalement satisfaisants » 

Du côté des quotas de lieu jaune et de merlu, le compromis obtenu est « globalement satisfaisant ». La ministre de la Mer française Annick Girardin, a obtenu la reconduction du quota de lieu jaune à 1230 t. Par ailleurs, la décision de reporter les négociations relatives à la civelle et à l’anguille au mois de mars prochain, permet à la filière ligérienne, qui représente 52% de la production nationale, de réaliser favorablement cette saison 2022. 

Réforme des négociations nécessaire 

Lors de ce déplacement à Bruxelles, la délégation d’élus vendéens et ligériens a rappelé à Annick Girardin qu’une réforme de la négociation annuelle pour les quotas de pêche est nécessaire. Selon eux, le système actuel fragilise les entreprises de pêche. La mise en place de quotas pluri-annuels permettrait de sécuriser l’exercice de la profession et d’obtenir davantage de perspective pour les professionnels de la pêche. « Garantir l’exercice de la profession, c’est aussi conforter l’activité et la vie de nos ports de pêche », conclue la délégation. 

+ consultées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

  • Aucune actualité.

Recommandées

Publiées depuis 7 15 30 + jours

VIDEO - Ma Vendée j'y tiens !

VIDEO - L'ADN de la Vendée

VIDEO - Sondage IFOP